Monday, September 2, 2013

Égypte : accord US/Chine dans gaz et pétrole


Décidément, le chaos qui règne actuellement en Egypte n’a pas que des inconvénients pour certains …. et notamment les géants pétroliers.  Cela vous étonne ? Après la France et Total récemment, c’est au tour de la Chine et de Sinopec de « profiter » de l’occasion pour accroître sa présence dans le secteur énergétique égyptien.
Le groupe pétrolier Sinopec a ainsi annoncé vendredi avoir conclu un accord avec le pétrolier US Apache en vue d’acquérir un tiers de ses opérations en Égypte, le tout pour 3,1 milliards de dollars.

Une opération qui constitue une première étape du partenariat stratégique conclu entre les deux groupes, lesquels devraient mener ensemble des projets d’exploitation de pétrole et de gaz.
Apache a tenu toutefois à préciser dans un communiqué distinct que la finalisation de ce rachat, devrait être néanmoins soumise à l’approbation des autorités égyptiennes. Laquelle devrait intervenir au quatrième trimestre 2013.
Pour rappel, en 2012, la production nette d’Apache en Égypte représentait un volume moyen quotidien de 100.000 barils de pétrole brut et 10 millions de m3 de gaz. Le pays représentant ainsi 15% de la production mondiale du groupe au deuxième trimestre 2013 (contre 25% en 2010).
Via des propos qui auront le moins le mérite d’être clairs, le groupe américain a également tenu à préciser que ses « opérations d’exploration et de production » étant « concentrées dans des zones non habitées de l’ouest désertique du pays », elles n’étaient « pas affectées par les évènements politiques dans la région ». Comme quoi, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes en quelque sorte … Le géant pétrolier US mentionnant fermement son intention de poursuivre ses opérations en Égypte. Une annonce qui aura en tout état de cause permis au pétrolier US de bondir de 8,95% à 85,68 dollars vendredi à New-York.
Rappelons que Apache est engagé dans un processus de vente d’actifs non essentiels, en vue de consolider son bilan. En juillet dernier, le groupe avait vendu pour 3,75 milliards de dollars d’actifs dans le golfe du Mexique à un fonds d’investissement spécialisé. Indiquant alors vouloir rééquilibrer son portefeuille d’activité en se concentrant sur l’acquisition et le développement de différents champs pétroliers onshore en Amérique du Nord.
Précisons enfin qu’en début de semaine, le géant pétrolier français Total annonçait la signature d’un accord avec le géant pétrolier US Chevron en vue de lui racheter ses 66 stations-services en Égypte.
Opération intervenant trois mois après sa main-mise sur celles détenues par l’anglo-néerlandais Shell. Les troubles politiques qui secouent l’Egypte semblant visiblement permettre de rabattre les cartes du secteur énergétique du pays. Les pétroliers US profitant de l’occasion pour se « délester » de certains actifs.
Sources : Sinopec, Apache, AFP, Reuters
Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com  – 31 août 2013