Wednesday, September 11, 2013

Blog d'Alexandre Latsa: Quelques réflexions sur les résultats de l’élection municipale anticipée de Moscou


Moscou a donc voté et les résultats sont sans doute mi figue mi raisin, tant pour le kremlin que pour l’équipe de campagne d’Alexeï Navalny. Les résultats définitifs sont désormais connus, le maire actuel a remporté l'élection au premier tour avec 51,37% des voix, l’opposant blogueur Alexeï Navalny a lui récolté 27.24%, le candidat communiste 10,69%, le candidat de l’opposition libérale Iabloko 3,51% des voix, le candidat du parti nationaliste LDPR 2,86% et enfin le candidat du parti Russie Juste 2,79%.
Plusieurs enseignements peuvent être tirés de ce scrutin.
Tout d’abord la très faible participation (32%) qui a fortement avantagé le candidat Navalny dont les électeurs, plus militants et motivés, se sont fortement mobilisés. Malgré l’enjeu et une excellente campagne de terrain, ce dernier n’a pour autant réussi à mobiliser que 630.000 électeurs, bien loin du réservoir de 868.000 voix que le Candidat Prokhorov avait obtenu à Moscou lors de l’élection présidentielle de 2012. Ce Ghetto quantitatif / électoral de l’opposition dite libérale reste stable a Moscou depuis 1999 si l’on pense par exemple aux 510.0000 voix de Serguey Kirienko (ex-Premier ministre) ou les quelques 500.000 voix d’Alexandre Lebedev en 2003.
Le pouvoir central peut lui savourer une nouvelle victoire au premier tour d’un de ses candidats mais cette fois il s’en est fallu de peu qu’un second tour ne soit nécessaire. Le maire élu aura donc peu mobilisé et obtenu dans la capitale 1.193.178 voix, à comparer aux 1.994.300 voix obtenu par Vladimir Poutine à l’élection présidentielle de 2012.
Cette faible participation affaiblit la légitimité de l’élection, moins du tiers des électeurs inscrits est allé voter. Dans cette confrontation électorale, si on rapporte les résultats des deux premiers candidats au nombre d’inscrits, 17% ont donné leur voix au maire contre 9% à Alexeï Navalny. Les russes montrent qu’ils sont de moins en moins passionnés par la vie politique, mais tout de même sensibles à une authentique campagne de terrain comme celle qu’a mené l’équipe de Navalny.....