Monday, July 22, 2013

Big Brother, Big Data : ne pas confondre

L’affaire NSA-Snowden a remis en selle le débat touchant à l’espionnage en général et à l’espionnage économique en particulier que quelques uns assimilent à l’intelligence économique et qui, aujourd’hui, accusent le Big Data. Ce rapprochement relève soit de l’ignorance, soit de l’erreur quant à l’emploi de moyens (légaux ou illégaux) de collecte ou à la finalité de la requête (ça sert à quoi ?). Le noyau dur du savoir-faire dans le recueil et le stockage des données, dans l’analyse et l’interprétation de ces informations disponibles et des connaissances qu’elles contiennent, pour les transmettre le plus rapidement possible et de façon consommable à qui de droit, est bien un processus commun dont bénéficient tous les requérants qui veulent savoir, comprendre, décider et agir.
L’objectif poursuivi par la mise en œuvre de ce processus méthodologique peut être en effet condamnable quand il s’agit d’espionnage (et que l’on se fait prendre) ou de la surveillance généralisée des citoyens (Big Brother). Il est par contre légitime et sans reproche s’il s’agit de comprendre, d’anticiper ou de décider intelligemment (IE et Big Data) dans la conduite normale et honnête des affaires économiques, industrielles et commerciales. Big Data - Big Brother – non ce n’est pas le même combat !
Cette confusion s’est à nouveau répandue à propos du système Prism de la NSA faute d’analyse correcte des objectifs assignés à ce système. Comme en IE ce Big Datadéroule le processus tel qu’on vient de le décrire, à quelques différences de taille près, après avoir été remodelé pour répondre aux nouvelles exigences connues sous le nom des 4 V : plus de Volume de données dans n’importe quelle Variété et de format, transmises à Vitesse grand v, sans perte sensible de pertinence et de Véracité.
La différence la plus spectaculaire entre les deux réside dans la collecte qui s’effectue par « chalutage » des données circulant autour de la planète ou stockées chez des prestataires, sans différenciation de nature et d’origine puisqu’avec l’Internet et les réseaux le système de collecte a accès aux informations privées des entreprises comme à celles des citoyens. Et quel volume !, on avance le chiffre de 1,7 milliards de données par jour collectées par la NSA............