Friday, September 13, 2013

La Slovénie au menu de la prochaine réunion de l’Eurogroupe... Un nouveau plan de sauvetage en vue ?


La Slovénie, et plus précisément le potentiel sauvetage de son système bancaire, se trouve au menu de la prochaine réunion de l’Eurogroupe vendredi prochain, rapporte Der Spiegel, qui le tient de son confrère Handelsblatt.
Uros Cufer, le ministre des Finances slovène, doit rendre compte à ses homologues des autres Etats membres de la situation financière du pays qui n’a fait que se dégrader au cours des derniers mois, en raison d’une récession qui a compromis le respect du seuil de 3% du PIB pour le déficit budgétaire.
La Slovénie a été le premier pays issue de la dislocation de la Yougoslavie à rejoindre l’UE et l’OTAN, et on l’avait présentée comme un modèle de passage à une économie de marché pour les anciens pays du bloc soviétique. Mais son développement a été bâti en partie sur des mauvais crédits.
La semaine dernière, le gouvernement slovène a annoncé qu’il allait procéder à la liquidation de deux petites banques privées, Factor Banka et Probanka, et qu’il allait aider les banques à garantir leurs passifs en apportant une aide de 1,3 milliard d’euros. Les deux banques ne comptaient que pour 4,4% du total des actifs bancaires du pays, mais selon les experts, le problème pourrait être général, et le total des crédits défaillants du système bancaire slovène pourrait totaliser plus de 7 milliards d’euros.
Selon le quotidien Handelsblatt, il est probable que la Banque Centrale Européenne (BCE) soit contrainte d’accorder au pays une aide d’urgence en liquidités (« emergency liquidity assistance », ou ELA), à l’image de ce qui s’est fait pour Chypre.
Néanmoins, le gouvernement slovène répugne à l’idée de se trouver obligé de solliciter un plan de sauvetage que ses homologues grec, irlandais, portugais et cypriote ont dû accepter avant lui, et de se voir administrer la potion amère de l’austérité drastique administrée par la troïka de l’UE, de la BCE et du Fonds Monétaire International, comme ils ont dû eux-mêmes s’y soumettre.