Tuesday, May 14, 2013

L’immigration de remplacement : quand l’ONU et l’UE organisent la disparition des peuples


27.04.2010 Бельгия Брюссель паранджа бурка мусульманство ислам женщина мусульманка Европа
Photо: EPA

Récemment des nouvelles passées relativement inaperçues ont été publiées malgré l’interdiction des statistiques « ethniques » en Europe : Londres est désormais peuplé de 45 % d’autochtones ( anglais « dit de souche » ), Bruxelles comprend 76 % de sa population issue directement ou indirectement de l’immigration, et en île-de-France 60 % de naissances seraient le fait de populations extra-européennes.

Ce processus de rapide d’érosion des populations européennes d’origine et leur remplacement par les populations immigrées n’est pas issue de nulle part. Cette politique qui va aboutir à la mise en minorité de la population chrétienne ou traditionnelle de l’Europe a été décidée à New York (ONU) et à Bruxelles (UE). Syndrome de l’aborigène européen ou vaste opération commerciale au détriment des populations mondiales ? Analyse.

La démographie européenne s’avère, comme chacun le sait, une cause perdue, les populations européennes « d’origine » ne font plus suffisamment d’enfants pour renouveler les générations de manière endogène. C’est inévitable et la tendance se renforce sensiblement. A l’inverse, les populations africaines et asiatiques connaissent un boom démographique inédit inversement proportionnel à la qualité de la vie et aux ressources disponibles pour les populations locales. A cette double fatalité : quasi-disparition pour les uns, appauvrissement et surpopulation pour d’autres, l’ONU avait trouvé la solution, expliquée abondamment dans son « rapport sur les migrations de remplacement publié par la Division de la population des Nations Unies ».

Constatant le déséquilibre démographique mondial qui va aboutir à une explosion de la population africaine (multipliée par 3 avant la fin du siècle) et asiatique induisant une paupérisation encore plus importante et une crise humaine et écologique insurmontable, les élites onusiennes ont élaboré une planification de l’immigration vers l’Europe (et vers d’autres pays dit développés) qui solutionnera d’une part la (presque) disparition de la population européenne et d’autre part soulagera les pays du tiers-monde de la surpopulation qui deviendrait aussi grave que le déclin démographique du « vieux continent ».

Curieusement, pour les experts les USA sont une exception « démographique ». Sans fournir trop d’explications, ils nous disent que l’Amérique connaîtra avec sa démographie interne, une légère hausse de sa population. Donc, tous les « occidentaux » ne sont pas égaux sur le plan démographique, c’est du moins le point de vue de l’ONU. Les USA n’ont par conséquent aucun besoin d’immigrés. Ils sont « autosuffisants » démographiquement............................